Cannes Select
la ville de Cannes

Saint Honorat

Maewyn Succat

LA VILLE DE CANNES - HISTOIRE : le moyen-âge

Antiquité|Moyen-âge|Période moderne|XIXe siècle|De 1900 à nos jours

410 ap JC
Deux moines, Honorat et Caprais, de retour de l'orient obtiennent l'autorisation de l'Evêque Saint Léonce de Forum Julii (Fréjus) de s'installer en ermite sur les îles de Lérins alors isolées et infestées de serpents.
Honorat fonde avec quelques compagnons le deuxième monastère chrétien de Gaule romaine. La communauté de Lérina est alors cénobitique (lieu de vie communautaire) et elle est codifiée par la « règle des quatre Pères ». Honorat bâtit sur Lérina sept chapelles entourées de cellules.

420 ap JC
Maewyn Succat (futur Saint Patrick) vient à l'abbaye de Lérina pour deux années étudier la théologie aux côtés de Germain (futur Saint Germain, évêque d'Auxerre), puis il retourne en Irlande évangéliser et construire des églises, des monastères et des écoles.
Le rayonnement spirituel de l'abbaye était devenu si important qu'Honorat et Caprais décident de construire un prieuré sur Léro pour y accueillir davantage de disciples.
Le pouvoir et la notoriété de l'abbaye de Lérina permettent à Saint Honorat d'être consacré évêque d'Arles à la fin de sa vie.
Historiens et théologiens s'affrontent sur l'origine du nom Sainte Marguerite attribué à l'île de Léro. La légende dit que la soeur (aucune trace ne révèle l'existence de celle-ci) d'Honorat se prénommant Marguerite, souhaitant se rapprocher de son frère qu'elle aimait tant, l'aurait sollicité pour fonder une communauté de soeurs sur Léro (future île Sainte Marguerite). Honorat aurait alors accepté à la seule condition que le frère et la soeur ne se voient qu'une fois la floraison des amandiers venue. Légende, mystère ou symbolisme, dès la présence de la communauté de femmes sur Léro, les amandiers se mettent à fleurir tous les mois, ainsi Honorat et Marguerite peuvent se voir. Face aux querelles des spécialistes sur l'origine de Sainte Marguerite, il semble que la symbolique de la floraison des amandiers apporte quelques lumières sur cette soeur de sang et de coeur.
Après les différentes invasions en Gaule par les Burgondes, les Ostrogoths et Wisigoths, la très riche et puissante communauté de moines disposant de terres dans tout le bassin « canoïs » est la seule à pouvoir aider et assister la population du continent. Les moines développent leur culte et leur savoir-faire en construisant d'autres monastères et prieurés afin d'acquérir une puissance matérielle autant que spirituelle.

VIe siècle
Après avoir été ermite, moine, abbé de Subiaco puis du Mont Cassin, Saint Benoît propage le monachisme (prise de refuge solitaire) grâce aux règles monastiques qu'il écrira et qui s'imposent à toute l'église. Le monachisme Bénédictin naît.
Le frère Aygulfe entraîne une révolte au sein de la communauté de Lérins en opposition au monachisme bénédictin quelque peu trop rigide. Cette révolte valut au frère Aygulfe d'être canonisé et de donner son nom à une ville du Var.
Cette période du Ve et VIe siècle est dite « d'âge d'or » de Lérins puisque de très nombreux frères sont canonisés et donnèrent leur nom à des lieux qui étaient précédemment des lieux de culte celto-ligure : Saint Vincent le Lérins, Saint Hilaire, Saint Fauste, Saint Eucher de Lyon, Saint Salvien, Saint Leu, Saint Césaire, Saint Maxime, Saint Aygulfe, Saint Cassien et Saint Germain.

En 668
Un anglais, Saint Benoît Biscop s'initie à la vie monacale sur les îles de Lérins et créera à son retour en Angleterre un monastère à Jarrow où sera formé Saint Bède qui est le « Père de l'église d'Angleterre ».

En 736
C'est la première invasion sarrasine. Les invasions des sarrasins tuant et pillant n'ont pas épargné l'abbaye de Lérina. L'abbé Porcaire et cinq moines ont été massacrés sous prétexte qu'ils cachaient un trésor.
Pépin Le Bref chassait une première fois ces sarrasins qui devaient revenir un siècle plus tard ayant renforcé leur base en Espagne. Les sarrasins siègent dans tout le massif des « maures » et font fuir la population de Toulon jusqu'à Antipolis (Antibes) en la terrorisant.
Quand l'empire de Charlemagne se démembre, le royaume d'Arles, érigé par Boson, enveloppe toute la Provence.

IXe siècle
La Provence devient un comté, c'est une période désastreuse suite aux invasions sarrasines. C'est Guillaume, comte de Provence, qui réussit à chasser les sarrasins en 972 après une très longue bataille.

L'an mil
Toutes les superstitions étaient omniprésentes. L'autorité naturelle des moines de Lérins n'eut aucune difficulté à rassurer les populations. Après plus d'un siècle de suprématie sarrasine, les superstitions permettent aux religieux de Lérins de redevenir la « référence » des populations locales. De plus, de nombreux propriétaires terriens préfèrent placer leurs biens sous la protection de la communauté religieuse.
L'an mil voit la cité cannoise prospérer (Portu Canuae devint Cannes en 1037), quatre mille habitants vivent principalement sur le mont Chevalier (Suquet).
Vers la fin de siècle, sous les menaces omniprésentes des sarrasins et des gênois, le comte d'Antibes fait construire par Marcellus une fortification sur la colline du Suquet et la chapelle Notre Dame du Puy.

En 1073
L'Abbé Aldebert développe et renforce les fortifications de Saint Honorat et de la tour carré du castrum Marcellus. A cette époque, les moines de Lérins avec le soutien de la population créent quatre-vingts prieurés sur le continent faisant « refleurir » la vie agricole et spirituelle dans les hauts pays.

En 1102
L'Abbé Aldebert décède.

En 1120
Le Pape Honorius demande au comte de Provence Raymond Bérenger, successeur de Guillaume, ainsi qu'au nouvel abbé de Lérins de mettre en oeuvre les moyens et leur foi pour repousser les assauts sarrasins, génois, et espagnols.
Le comte Raymond Bérenger fait don du Castrum Marcellus ou Marsellium à la communauté bénédictine de Lérins.

En 1175
Le château s'appelle dorénavant castrum Francum (château franc). Ce village fortifié se trouve au pied de la colline et comprend des habitations, un hôpital, des églises (la chapelle Sainte Anne, Notre Dame de l'Espérance) et une fontaine.
Les activités du village sont liées à l'agriculture, essentiellement du blé et des oliviers. La pêche est réglementée par un acte d'allégeance. L'activité portuaire de Cannes est très importante du fait de la prospérité de Grasse qui exporte des tissus et cuirs via la mer.

En 1449
Un écrit rédigé par l'abbé André de Plaisance qui était le chef de la communauté religieuse de Lérins et également seigneur de Cannes soumet la population à certaines obligations morales et matérielles. Cet acte d'allégeance au fil du temps sera célébré de différentes façons et évoluera vers des cérémonies religieuses annuelles puis folkloriques. De nos jours, les élus locaux célèbrent Saint Honorat et sa communauté en allant au mois de mai faire des offrandes sur l'île.
La fin du XVe siècle, Charles Quint, empereur de l'empire germanique et ses troupes affrontent l'armée de François 1er roi de France.


Haut de page | Accueil histoire de Cannes | Accueil ville de Cannes

ACCUEIL | QUI SOMMES-NOUS | DEMANDE DE SERVICES | PLAN DE SITE

www.cannes-select.com