Cannes Select
la ville de Cannes

Cannes entre 1865 et 1870

La gare de Cannes en 1880

Général John Taylor

LA VILLE DE CANNES - HISTOIRE : le XIXe siècle

Antiquité|Moyen-âge|Période moderne|XIXe siècle|De 1900 à nos jours

1er mars 1815
Napoléon Bonaparte en provenance de l'île d'Elbe débarque dans la baie de Golfe Juan avec ses fidèles généraux Drouot, Cambronne et de sa garde Corse, au total 1200 hommes. Napoléon Bonaparte fait durant son débarquement sur la plage de Golfe Juan la proclamation suivante afin de marquer son retour et ses ambitions avant les fameuses « période des cent jours » avant la bataille de Waterloo :

- « SOLDATS ! Nous n'avons pas été vaincus : deux hommes sortis de nos rangs ont trahi nos lauriers, leur pays, leur prince, leur bienfaiteur ! Ceux que nous avons vus, pendant vingt-cinq ans, parcourir toute l'Europe pour nous susciter des ennemis, qui ont passé leur vie à combattre contre nous dans les rangs des armées étrangères, en maudissant notre belle France, prétendraient-ils commander et enchaîner nos aigles, eux qui n'ont jamais pu en soutenir les regards ! Souffrirons-nous qu'ils héritent du fruit de nos glorieux travaux, qu'ils s'emparent de nos honneurs, de nos biens, qu'ils calomnient notre gloire ? Si leur règne durait, tout serait perdu, même le souvenir de ces immortelles journées ! Avec quel acharnement ils les dénaturent ! Et s'il reste encore des défenseurs de notre gloire, c'est parmi ces mêmes ennemis que nous avons combattus sur le champ de bataille !

SOLDATS ! dans mon exil j'ai entendu votre voix ! je suis arrivé à travers tous les obstacles et tous les périls ! votre général appelé au trône par le choix du peuple, et élevé sur le pavois, vous est rendu, venez le rejoindre !

ARRACHEZ, ces couleurs que la nation a proscrites, et qui pendant vingt-cinq ans servirent de ralliement à tous les ennemis de la France ! Arborez cette cocarde tricolore ! vous la portiez dans nos grandes journées.

NOUS devons oublier que nous avons été les maîtres des nations ! Mais nous ne devons point souffrir qu'aucune se mêle de nos affaires !

QUI prétendrait être le maître chez nous ? Qui en aurait le pouvoir ? Reprenez ces aigles que vous aviez à Ulm, à Austerlitz, à Iena, à Friedland, à Tuledan, à Eckmühl, à Essling, à Wagram, à Smolensk, à la Moskowa, à Lutzen, à Wurchen et à Montmirail. Pensez-vous que cette poignée de Français si arrogants puisse en soutenir la vue ?
Ils retourneront d'où ils viennent, et là, s'ils le veulent, ils régneront comme ils prétendent avoir régné pendant dix-neuf ans.

VOS BIENS, vos rangs, votre gloire, les biens, les rangs et la gloire de vos enfants, n'ont pas de plus grands ennemis que ces princes que les étrangers nous ont imposés. Ils sont les ennemis de notre gloire, puisque le récit de tant d'actions héroïques qui ont illustré le peuple français, combattant contre eux pour se soustraire à leur joug, est leur condamnation.

LES VÉTÉRANS de sambre-et-Meuse, du Rhin, d'Italie, d'Égypte, de l'Ouest, de la Grande Armée sont humiliés. Leurs honorables cicatrices sont flétries. Leurs succès seraient des crimes : ces braves seraient des rebelles si, comme le prétendent les ennemis du peuple, des souverains légitimes étaient au milieu des armées étrangères.

LES HONNEURS, les récompenses, les affections sont pour ceux qui les ont servis contre la patrie et nous.

SOLDATS, venez vous ranger sous les drapeaux de votre chef ; son existence ne se compose que de la vôtre ; ses droits ne sont que ceux du peuple et les vôtres ; son intérêt, son honneur, sa gloire, ne sont autres que votre intérêt, votre honneur et votre gloire. La victoire marchera aux pas de charge ; l'aigle avec les couleurs nationales, volera de clocher en clocher jusqu'aux tours de Notre-Dame ; alors vous pourrez montrer avec honneur vos cicatrices ; alors vous pourrez vous vanter de ce que vous aurez fait : vous serez les libérateurs de la patrie.

DANS votre vieillesse, entourés et considérés de vos concitoyens qui vous entendront avec le respect raconter vos hauts faits, vous pourrez dire avec orgueil : Et moi aussi je faisais partie de cette Grande Armée qui est entrée deux fois dans les murs de Vienne, dans ceux de Rome, de Berlin, de Madrid, de Moscou ; qui a délivré Paris de la souillure que la trahison et la présence de l'ennemi y ont empreints.

HONNEUR à ces braves soldats, la gloire de la patrie ! Et honte éternelle aux Français criminels, dans quelque rang que la fortune les ait fait naître, qui combattirent vingt-cinq ans avec l'étranger pour déchirer le sein de la patrie.
 »

Napoléon Bonaparte, pressé de rejoindre Paris et de renverser la monarchie instaurée par Louis XVIII, décide de prendre la direction de Cannes et d'y bivouaquer la nuit (rue du bivouac Napoléon, proche de la chapelle Notre Dame de Bon Voyage). Cette nuit à Cannes a été écourtée car un Cannois dissimulé derrière un mur essaya de viser l'empereur avec un fusil. Cette tentative d'assassinat anticipa le départ avant l'aube afin de ne pas susciter davantage de danger. Napoléon Bonaparte réalise très rapidement que la Provence est fortement royaliste et qu'elle est opposée à son retour.

En 1834
Suite aux recommandations de son médecin, Lord Henry Peter Brougham and Vaux, grand Chevalier de la reine d'Angleterre, accompagne sa fille Eléonore Louise vers des climats favorables à la guérison de ses poumons. A ce moment la destination choisie est l'Italie mais le roi du Piémont avait fermé les frontières à Nissa (Nice) pour cause d'épidémie de cholera qui sévissait en Italie. Lord Henry Peter Brougham décide alors de se rendre à la plus grande ville qui est Grasse. Faisant route, leur diligence arrive à Cannes à la nuit tombante. Il prend la décision de passer la nuit sur place, au « Relais de la Poste » au pied du Suquet. L'auberge est tenue par maître Pinchinat. Ce lieu est situé dans l'actuelle rue du port et a déjà reçu Victor Hugo, Stendhal, Prosper Mérimée, le Pape Pie VII et Chateaubriand. Henry Brougham séduit par l'hospitalité, le vin et la bouillabaisse (rascasse, grondin et congre, avec quelques crustacés, crabes, araignées ou langoustes, huile d'olive, safran, oignons, tomates, aromates et vin blanc) du père Pinchinat et la beauté des lieux. Il décide d'y prolonger son séjour pour très rapidement décider d'y demeurer.
A ce moment Cannes possède 4000 habitants, vivant surtout de la pêche, de l'agriculture et du commerce. Lord Henry Brougham se fait construire la « Villa Louise Eléonore » dès le mois d'août 1835. Cette villa se situe entre le Suquet et la colline de la croix des gardes, proche de l'actuelle avenue du Docteur Picaud, futur quartier des anglais.
Deux ans plus tard, Lord Henry Brougham and Vaux invite toute la haute société anglaise pour l'inauguration de sa villa de prestige. Lord Henry Brougham avait une très forte influence à Londres, il était de 1830 à 1834 ministre de la justice et était très estimé pour ses idées et ses travaux sur l'abolition de l'esclavage (en 1807). Il était également le conseiller personnel de la princesse de Galles dont il défendit les intérêts dans une histoire d'adultère face au roi Georges IV. Henry Brougham défend avec succès la princesse de Galles. Lorsqu'en 1884 il découvre Cannes, il est un peu démotivé par la politique anglaise (le roi n'étant plus favorable à sa promotion politique du fait de sa position passée à son encontre). Lord Henry Brougham and Vaux, grâce à son charisme et ses relations obtient le financement de l'état français pour l'aménagement du port de Cannes et la naissance du quai Saint Pierre. Ces constructions permettent à Grasse, capitale du parfum, de développer ses exportations et de créer des activités commerciales sur Cannes.

En 1837
La beauté du site et le climat idéal fait venir un certains John Taylor qui arrive à Cannes pour développer son art du jardin. Il deviendra agent immobilier puis bien plus tard banquier. John Taylor contribue avec Lord Brougham à l'essor de la ville. Sir Temple Leader (actuel boulevard Leader) qui était membre du parlement Anglais s'installe à Cannes. Sir Thomas Woolfield surnommé « le marquis de Carabas » ou « le Bâtisseur » fait construire le château du Riou (vallambrosa de nos jours) et la villa Victoria par l'architecte Thomas Smith.
Sir Thomas Robinson Woolfield fait construire la première église anglicane, le premier court de tennis en terre battue de France (à la villa Victoria) et les premiers parcs et jardins apparaissent.
La bourgeoisie anglaise comprend très vite les nombreux avantages de ce site qu'ils veulent plus valoriser. Il faut reconnaître que Cannes est avant tout une destination bénéfique à la santé du fait du climat, de l'air iodé et des senteurs végétales des terres. La réputation thermale du lieu est en vogue et attire l'aristocratie de la grande Europe

En 1838
La construction de la jetée du port donne naissance au « yachting ». Puis le Chemin de la Croix (qui deviendra boulevard de la Croisette, non pas parce que l'on s'y croise mais parce qu'il y avait jadis à l'endroit de l'actuel Casino Palm Beach une croix tournée face au soleil levant).

En 1840
Les premières belles demeures apparaissent rue d'Antibes.

En 1848
Le consul de France à Moscou s'arrête à Cannes à la suite d'un accident d'attelage alors qu'il faisait route vers l'Italie. Le consul Eugène Tripet et son épouse russe Alexandra Féodorovna Skrypitzine sont séduits par Cannes et décident d'acheter un terrain au pied de la « Californie » pour y bâtir la Villa Alexandra. L'ouest de Cannes était habité par beaucoup d'anglais, l'est deviendra le lieu de prédilection des Russes. Eugène Tripet décide alors de s'installer définitivement à Cannes, une grande amitié s'annonce entre le couple franco-russe et Prosper Mérimée.

En 1856
Les marais de la pointe de la Croisette sont asséchés, l'urbanisation se fait doucement.

En 1858
Le premier immeuble de la Croisette apparaît, il s'agit d'un hôtel « Gonnet de la Reine » (42 boulevard de la croisette).

En 1859
L'Evêque de Fréjus rachète le monastère de Saint Honorat, le rendant ainsi au culte.

En 1860
La société des régates de Cannes naît grâce à la passion de quatre hommes : James de Colquhoum, Eugène Tripet-Skrypitzine, Léopold Bucquet (propriétaire de la villa Montfleury) et Victor Béchard (industriel).
Les institutions françaises découpent la France en département, Nice est rattaché à la France et le département des Alpes Maritimes naît.

En 1863
Le duc de Vallombrosa crée le Yacht Club de Cannes. L'hôtel Gray d'Albion (né de la fusion de l'hôtel Gray et de l'hôtel Albion) est construit.
La ligne de chemin de fer Paris-Lyon arrive à Cagnes sur Mer. Lord Henry Brougham n'a pas été écouté et la voie de chemin de fer emprunte le littoral.
Naissance du Casino sur la croisette qui laissera sa place en 1867 à l'hôtel Beaux Rivages pour devenir ensuite le prestigieux Hôtel Majestic.

En 1864
Ouverture du Grand Hôtel sur la Croisette.

En 1865
Naissance de la société d'horticulture de Cannes sous l'impulsion de l'importante colonie anglaise passionnée de jardin.

En 1868
Lord Henry Peter Brougham and Vaux décède le 7 mai à Cannes, il avait 90 ans.
Naissance du Boulevard de la Croisette.
Inauguration du canal de la Siagne pour lequel Lord Henry Brougham s'était tant investi afin de développer l'économie du bassin cannois. Il avait fait appel au roi Louis Philippe en 1835 pour accélérer ce projet qui était pour la région un amplificateur commercial.

En 1869
Ouverture sur le quai Saint Pierre de l'embarcadère pour les îles de Lérins. Les moines cisterciens de Sénanques arrivent à Saint Honorat pour reconstruire le monastère.

En 1879
Arrivée à la gare de Cannes d'un convoi d'une dizaine de wagons en provenance de Saint Petersbourg. De ce train descend l'impératrice de Russie Alexandrovna, l'épouse du Tsar Alexandre II. L'impératrice séjourne à la Villa des Dunes. Dès son arrivée, cent coups de canons sont tirés par les navires russes situés dans la baie du Golfe Juan. L'impératrice reste plusieurs mois et reçoit toutes les célébrités du moment en donnant de magnifiques réceptions qui allaient donner à Cannes sa renommée mondiale. Russes, Portugais, Espagnols, Allemands, Anglais et Suédois se précipitent pour découvrir Cannes. La ville comporte désormais plus de quatre mille villas de luxe et une cinquantaine d'hôtels. C'est la première explosion immobilière.

En 1880
Le climat de Cannes est reconnu pour ses mérites et ses bienfaits sur la santé. La ville possède cinq établissements de cures thermales où sont prodigués des bains d'eau douce et d'eau de mer utilisant des procédés de vaporisation aromatiques extrêmement bénéfiques pour l'immunité générale et favorisant de ce fait toutes les guérisons.
Les docteurs cannois Buttura, Orgeas et Gazagnaire sont les précurseurs d'une médecine naturelle sollicitant la ionisation et en particulier la propagation médicinale d'ions négatifs en 1885. Le Suédois Suante August Arrhenius donnera l'explication de ces mécanismes ioniques et sera prix Nobel en 1903.
Il est acquis que Cannes bénéficie d'un climat très recherché et réputé pour les affections telles que les rhumatismes, la tuberculose, les maladies mentales d'origine nerveuse, les maladies de peau, les désordres digestifs et rénaux. Cannes réalise-t-elle qu'elle possède l'une des plus grande richesse qui soit ? Celle d'apporter bien-être et santé.
Guy De Maupassant, la Tsarine Maria Alexandrovna, l'Archiduchesse Marie Antoinette d'Autriche sont adeptes des cures à Cannes.
Le mimosa d'Australie fait son apparition à Cannes sous les initiatives de John Taylor qui est ne l'oublions pas jardinier.
La troisième république se stabilise économiquement et favorise les investissements. Le pouvoir financier mondial est en Europe du fait d'un empire colonial énorme. Cannes jouissant d'un climat et d'une renommée sans égal voit affluer vers elle les riches investisseurs immobiliers.

En 1883
Création du premier grand boulevard à Cannes, le boulevard Foncière. La Foncière est une filiale du Crédit Lyonnais. Ce boulevard deviendra le boulevard Carnot et sera le premier à être équipé de lampadaires.

En 1884
Construction du marché Forville, structure métallique qui était la spécialité des grandes architectures urbaines du moment.
Guy de Maupassant amoureux de la frénésie cannoise, des mondanités et passionné de plaisance s'installe à Cannes.

En 1887
A la place du « French Riviera » usité par les étrangers, Stephen Liégeard, sous-préfet et poète, impose le nom de « Côte d'Azur » avec un ouvrage intitulé du même nom. Cette appellation lui apparaît la plus appropriée et la plus poétique, lui qui venait de « Côte d'Or ».

En 1891
Le duc Michel Michaïlovitch, frère du Tsar de Russie Alexandre III est passionné par le golf. Exilé et demeurant Cannes, il crée Le Cannes Golf Club de Mandelieu la Napoule. Le duc fait venir les noms les plus prestigieux : Alphonse de Rothshild, le Roi Albert Edouard et les meilleurs joueurs britanniques, Braid, Jones, Ben Sayers, J-H Taylor, Vardfon, White et le meilleur joueur français, le Basque Arnaud Massy de Biarritz. Le rayonnement du Cannes Golf Club De Mandelieu la Napoule est tel que la société de chemin de fer consent à faire une gare à la Napoule.
Emile Zola vient en cure à Cannes.

Fin du XIXe siècle
De nombreuses réalisations sont en cours : le tramway, la rue d'Antibes ou encore l'aménagement des plages de la Croisette. En 1900, la population cannoise est de 30000 habitants.


Haut de page | Accueil histoire de Cannes | Accueil ville de Cannes

ACCUEIL | QUI SOMMES-NOUS | DEMANDE DE SERVICES | PLAN DE SITE

www.cannes-select.com